Quelles sont les limites de la liberté d’expression en France ?

Depuis quelques années déjà, le sujet de la liberté d'expression en France suscite beaucoup d'attention, au point d'en devenir un sujet d'actualité, porté surtout par la presse française, mais en vrai, qu'est-ce que réellement la liberté d'expression ? Et quelles sont ses limites en France ? C'est précisément à ces questions là que nous allons tenter de vous apporter plus d'éclaircissements dans la suite de cet article.

Que représente la liberté d'expression en France ?

Considérée comme un droit fondamental et absolu en France, la liberté d'expression est définie et garantie par la loi depuis 1789, selon la déclaration des droits du citoyen et de l'homme en général, comme étant une sorte de libre communication des opinions, des pensées ainsi qu'un droit fondamental pour tout être humain, sauf en cas d'abus, dans ce cas là, la situation ainsi que les sanction seront  déterminés et jugés selon la loi française.

Soit, elle permet à l'ensemble des citoyens français d'exprimer leurs pensées et opinions par divers moyens tels que :

  • la parole (discours, meetings …) ;
  • l'écriture (ouvrages, presse …) ;
  • l'art (dessin, musique …) ;
  • la manifestation, etc.

que represente la liberte d expression en france

Sans subir de potentielles répercutions que ce soit, de la part de la loi ou de la société, mais voila, certains estiment que cette liberté d'expressions à un lien étroit avec la démocratie, ainsi que le vivre ensemble, et estiment donc, qu'elle doit être encadrée, voir limitée par la loi afin de garantir le bien vivre ainsi que la liberté à tous, sans discriminations ni jugements.

En théorie, la liberté d'expression est claire et comprise par tous, mais toute l'ambiguïté reste dans la définition des ses limites.

Quelles sont les limites de la liberté d'expressions en France ?

Comme le dit si bien l'adage « la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres », celui-ci s'applique aussi pour la liberté d'expression en France, et c'est bien pour cela que cette dernière connaît quelques limites, nous pouvons notamment vous citer :

  • la protection de la vie privée ainsi que celle  du droit à l'image des autres ;
  • les propos diffamatoires ainsi que les imputations et allégations touchant la considération ou à l'honneur d'une personne ;
  • les propos haineux et/ou discriminatoires (incitation à la haine raciale, ethnique, orientations sexuelles, …) ;
  • les incitations à commettre des actes illégaux ou criminels (usage de la drogue, détériorations de biens publics …) ;
  • le secret professionnel (secret médical, secret des affaires, secret défense; …) ;
  • les exceptions qui concernent quelques personnes tenues du « droit de réserve », etc.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*